Vivre l’amour et le sexe en période de confinement

À l’heure où le contact physique est clairement déconseillé, et les activités en extérieur presque interdites, qu’en est-il de nos rapports amoureux ? Comment les entretenir pendant l’épidémie de coronavirus, qu’on soit dans une relation longue ou aux prémices d’une histoire.


Dans le cas où l’on se trouverait chacun chez soi, à ne pas foutre grand-chose pour beaucoup, on sera vite tenté de passer notre journée à contacter l’autre. À lui envoyer des messages, à attendre les siens pendu au téléphone, et donc à ne plus rien avoir à lui dire rapidement, pour la bonne raison qu’il ne nous arrivera absolument rien que l’on puisse raconter, en quarantaine. Loin de nous l’idée de vous dicter comment vivre votre vie (nous ne sommes que bienveillance) mais peut-être serait-il plus judicieux d’imposer une sorte de rituel quotidien, que de scruter ses apparitions en ligne ?

On peut s’organiser des dates à distance sans passer par la case transports grâce aux avancées technologiques, autant en profiter. On s’habille, on se met à table (ou dans le canapé si votre studio ne permet pas l’installation d’une planche et de 2 tréteaux) et on entame ce date par écrans interposés comme une expérience inédite qui rapproche. Et, oui, on peut aussi bouffer des raviolis.

 

La question a évidemment frôlé notre esprit : quid du sexe quand on ne peut physiquement pas se retrouver ? Attendre a des vertus insoupçonnées, faire monter l’excitation jusqu’à ce que nos désirs deviennent enfin réalité en est une. Pour s’adonner aux joies du sexe sans contact, il y a plusieurs techniques. Faire l’amour par téléphone, en commençant par décrire ce qu’on porte puis en enchaînant sur ce qu’on voudrait que l’autre nous fasse ou ce qu’on voudrait lui faire. Décliner le concept aux appels vidéo et, dernière, mais pas des moindres, tester les sex-toys à distance. Ce qui vaut aussi pour celles et ceux qui ne souhaiteraient pas se toucher par crainte de se contaminer, même en partageant le même appartement.

Si le cœur vous en dit, foncez vous réfugier chez votre partenaire pour une hibernation forcée à deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *