Plaisirs et joies du candaulisme

Comment s’initier au candaulisme ?

Le candaulisme est un exercice qui allie voyeurisme et exhibitionnisme, en y ajoutant une dimension échangiste. Ça fait évidemment beaucoup à la fois et mieux vaut donc bien préparer son entrée en candaulisme.

Le candaulisme est une pratique très particulière. Il est délicat d’y amener sa ou son partenaire de but en blanc, sans préparation psychologique. De plus, il existe plusieurs formes de candaulisme, il faut donc, avant tout, bien déterminer vos attentes et celles de votre petite camarade de jeux.

Le candaulisme n’implique pas l’échange de partenaires. Il n’implique pas non plus nécessairement de relations sexuelles à proprement parler. Dans un premier temps, au moins, on peut se limiter au flirt, aux baisers et aux caresses.

Le candaulisme, une preuve d’amour

Dans la très grande majorité des cas, c’est l’homme qui propose sa femme aux étreintes d’autres amants. Ceci ne signifie absolument pas qu’il n’éprouve plus pour elle ni désir ni sentiment. C’est même exactement l’inverse ! Les « cuckolds » sont généralement des hommes très amoureux, excités par l’idée d’observer la réaction des autres mâles devant leur magnifique partenaire.

Avant de se lancer, il convient donc de bien évaluer le degré de liberté sexuelle de votre couple. S’il s’agit de vos premiers pas dans le « libertinage » ou si votre vie sexuelle est très sage, mieux vaut commencer par les soirées échangistes ou la domination soft, pour jauger de vos aptitudes à sauter le pas.

Il existe plusieurs sortes de candaulisme :

  • Participatif : Le couple choisit ensemble les partenaires et la forme des relations.
  • Directif : Avec le consentement de l’autre, un seul des conjoints décide seul des partenaires et des relations.
  • Passif : Toujours avec l’aval de l’autre, un seul des conjoints décide du moment, de l’endroit, des partenaires, de la forme…

Pour déterminer la variante qui vous convient, commencer par parler de vos fantasmes respectifs avec votre femme. Montrez-lui que vous êtes à l’écoute de ses désirs et suggérez les vôtres à son oreille désormais attentive. Lorsque vous serez tous deux d’accord pour vous lancer dans l’aventure, veillez à respecter ces principes essentiels.

Les 7 commandements du candaulisme

Pour une expérience candauliste réussie, il faut :

  • Une excellente communication de couple.
  • Être tous deux incroyablement excités par l’idée.
  • Trouver les bons partenaires.
  • Déterminer jusqu’où vous voulez aller.
  • Être à l’aise avec la nudité d’autres personnes.
  • Se protéger contre les maladies sexuellement transmissibles.
  • En parler après pour en tirer les enseignements et améliorer la prochaine séance.

Le candaulisme ne s’improvise pas

Le candaulisme est un exercice aussi difficile qu’excitant. Il ne tolère pas l’improvisation, sous peine de se révéler frustrant pour les deux partenaires. Or, ses adeptes se dévoilent rarement au grand jour et la plupart des sites de rencontres candaulistes ne sont souvent que de simples sites échangistes.

Bien sûr, il existe la solution des clubs, mais tout le monde n’a pas nécessairement envie de se retrouver dans ce type d’endroit pour des raisons de discrétion bien compréhensibles. Quant aux petites annonces du genre, elles comportent une part d’inconnu et de hasard qui peut en décourager plus d’un.

Alors, pour rencontrer d’autres amoureux du cuckolding sans risque et sans jugement, inscrivez-vous sur Wyylde. Ce site ne propose que de vrais profils de vrais amateurs qui sauront prendre soin de ce que vous avez de plus précieux. Profitez-en, l’inscription est gratuite ! 

Wyylde Le Réseau Social Hum Hum pour Couples & Célibataires

Les dangers et les risques du candaulisme sur votre couple

Toute pratique sexuelle qui s’inscrit en dehors des normes considérées comme « normales » par la société est susceptible de mettre le couple en danger, en raison du poids des traditions et de l’éducation. La transgression n’est jamais anodine : c’est un saut dans l’inconnu et l’aventure.

En effet, ce fantasme peut, a priori, paraître effrayer, voire paraître carrément déviant et pervers. Imaginer sa partenaire prendre du plaisir dans les bras d’un autre n’est pas nécessairement un message facile à faire passer. Si vous abordez le sujet de façon maladroite, elle pourrait légitimement croire que vous ne la désirez plus ou, pire encore, que vous ne l’aimez plus.

Communiquer avant de se lancer

Une bonne communication est donc indispensable avant de se lancer dans l’expérience. Les deux partenaires du couple doivent être d’accord sur les modalités et les limites à ne pas franchir, mais aussi, et surtout, en avoir tout deux envie. Pour mettre toutes les chances de son côté, mieux vaut aussi que votre vie sexuelle soit déjà riche. Utiliser le candaulisme uniquement pour faire revivre une sexualité défaillante est rarement une bonne idée.

Le candaulisme nécessite une énorme dose de passion et de don de soi. Il s’agit d’un gage d’amour et d’admiration absolus. Si vous hésitez sur votre capacité à supporter le spectacle de votre chère et tendre se pâmer sous les assauts d’un autre ou si votre moitié émet quelques doutes, mieux vaut passer par l’échangisme ou la domination pour être sur de votre choix. Le candaulisme avec une partenaire réticente ou peu excitée est voué au fiasco.

Une fois que vous êtes sûrs de vous et de votre couple, il faut également réfléchir aux dangers de la pratique.

Les risques pratiques

En effet, les risques posés par la pratique du candaulisme sont réels. Mal préparé, mal pratiqué, il peut conduire à l’implosion du couple. Mais bien amené, planifié et réfléchi, il peut, tout au contraire, lui insuffler une nouvelle vie et raviver la passion des amants.

Comme toute pratique sexuelle minoritaire et impliquant l’échange de partenaires, la pratique du caudalisme expose le couple à certains risques :

  • Risque de conflits si le composant masculin du couple se montre trop possessif ou si, dans le feu de l’action, les ébats de la partenaire dépassent le canevas mis au point ensemble
  • Risque du départ de la partenaire avec l’amant s’ils se découvrent des affinités autres que sexuelles
  • Risque d’addiction de l’un, de l’autre ou des deux au caudalisme et impossibilité d’avoir des relations sexuelles en dehors de ce cadre
  • Risque de jalousie et de remise en cause du couple si la femme prend plus de plaisir avec l’amant qu’avec son partenaire habituel

Le caudalisme n’est sûrement pas une pratique à la portée de tous. N’improvisez pas ! Pour limiter ces dangers, respectez ces deux règles d’or :

  • Ne pratiquez pas chez vous : le foyer doit rester un sanctuaire où le couple peut se retrouver en toute intimité
  • Choisissez comme « invité » un parfait inconnu que, de préférence, vous ne reverrez pas. Si vous voulez renouveler l’expérience, changer d’« invité ».
Le cas particulier de l’humilié

Une autre forme de candaulisme consiste à rabaisser le cocu. On l’attache, on « l’oblige » à regarder sa femme avec un autre… Femme qui n’hésite pas à saluer les prouesses de l’amant tout en rabaissant celles du mari. Et il peut être demandé au mari de pratiquer une fellation à l’amant, ou de recevoir la semence de ce dernier sur son corps, etc… La soumission du mari est alors totale.

Le candaulisme virtuel

Certains hommes prennent du plaisir en montrant des photos de leurs femmes nue ou très déshabillée, dans le but de susciter l’excitation d’autres mâles. Il existe des forums consacrés à cette pratique. L’homme qui dévoile ainsi sa femme prend du plaisir à l’idée de tous ces mâles désirant posséder sa femme. Et cela permet de goûter à ce plaisir candauliste sans passer à l’acte !

Quels sont les plaisirs du candaulisme ?

Pour beaucoup d’hommes, voir sa femme dans les bras d’un autre relève plus du supplice que du plaisir. Alors pourquoi le candaulisme est de plus en plus en vogue ? Voici quelques exemples des plaisirs recherchés, certains étant plus accentués que d’autres en fonction du type de candaulisme pratiqué.

Le voyeurisme

Le premier et le plus évident des plaisirs du candaulisme. On observe deux personnes qui font l’amour sans pour autant participer. Et en plus, on connaît très bien l’une des deux ! Et pour la partenaire dans les bras de l’amant, c’est à l’inverse son penchant pour l’exhibitionnisme qui est exploité…

La soumission

Même si c’est elle qui prend un amant, la femme qui accepte d’aller dans les bras d’un autre pour le plaisir de son homme se place en position de soumise. Dans certains cas même, l’homme « offre » sa femme à sa guise à plusieurs en même temps. On peut alors parler de véritable femme objet qui devient la chose de son homme. À l’inverse, comme nous l’avons évoqué plus haut, ce peut-être la femme qui humilie l’homme en l’obligeant à la voir prendre du plaisir avec d’autres.

Le plaisir polygame

Dans nos sociétés où la monogamie a la primeur, c’est l’occasion de vivre des plaisirs élargis ! Certaines femmes s’épanouissent dans ce type de relation où elles peuvent vivre leur sexualité comme elles le désirent tout en ayant la confiance et l’amour de la personne avec laquelle elles veulent passer leur vie.

Le masochisme

Voir sa femme dans les bras d’un autre, pour beaucoup d’hommes, c’est insupportable. Et c’est aussi cette douleur qui est recherchée… Un mélange de satisfaction de voir sa femme prendre du plaisir et en même temps de la souffrance de la voir se donner à un autre.

La fierté

Pour certains hommes, voir leur femme rendre fou de désir d’autres hommes les fait se sentir comme des dieux. Leur orgueil est comblé car au final, même si elle fait l’amour avec d’autres, qu’elle prend du plaisir avec d’autres, ils ne sont que des amants de passage. Elle finit toujours par revenir dans les bras du partenaire officiel.

Le plaisir de voir sa femme avoir du plaisir

Que ce soit pour des raisons de santé ou d’âge avancé, il arrive que Monsieur ne soit plus en mesure de satisfaire convenablement madame. C’est alors qu’il fait appel à un autre mâle pour remplir sa mission d’amant fougueux dont il n’est plus capable. Il prend alors du plaisir à voir sa femme comblée malgré tout.

Le plaisir bisexuel

Même si beaucoup d’adeptes du candaulisme s’en défendent, certains psychologues évoquent des tendances bisexuelles chez les candaulistes. L’homme qui aime voir sa femme pénétrée par un autre, aime aussi indirectement voir le pénis d’un autre et le corps nu d’un autre. Le candaulisme peut ainsi être une façon de nourrir un penchant homosexuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *