Les zones érogènes à explorer

Chaque partie du corps peut provoquer le désir. Ce sont ces zones dites érogènes qui sont à découvrir pour une sexualité épanouie. Hommes et femmes n’ont pas forcément les mêmes zones érogènes. Le Kama Sutra de Vatsyayana prône l’acte sexuel comme une expérience intense, fusionnelle, cérébrale autant que physique. Or, pour profiter à plein des préliminaires, il est indispensable de connaître parfaitement ses zones érogènes, ainsi que celles de son/sa partenaire.

Nous ne parlerons pas ici des organes génitaux proprement dit (voir l’article Yoni et Lingam) car ils ont une signification particulière symbolique dans le Kama Sutra. Nous attacherons plutôt à lister les autres zones du corps qui ont une fonction érotique.

Zones érogènes de la femme

– La tête
On l’oublie souvent, pourtant tout commence par la tête ! Séduire, se faire belle, avoir des fantasmes, regarder son partenaire avec envie, tout ceci est important, et participe à la création d’une atmosphère sensuelle entre les partenaires.
L’homme pourra aussi mordiller les lobes d’oreille, caresser tempes et menton, ou caresser la nuque ou les ailes du nez…toutes ces zones sont sources de nombreuses terminaisons nerveuses. N’oublions pas enfin la bouche avec les lèvres, souvent symboles de sensualité.
– Les seins
C’est certainement une des zones les plus érogènes de la femme. On peut les caresser avec les mains, les soupeser, les stimuler avec la langue.
De plus, certaines femmes aiment énormément que l’on malaxe ou que l’on morde leurs mamelons.

– Les jambes
Les femmes n’aiment pas – en général – que l’homme se précipite directement sur leur vulve, mais plutôt sur les zones périphériques : l’intérieur de leur cuisses jusqu’à l’aine, puis plus bas : derrière les genoux, le long du mollet, jusqu’aux pieds.

– Les fesses
C’est une zone particulièrement sensible, car elle est pratiquement toujours couverte par des vêtements. On pourra les caresser, les écarter légèrement, ou les embrasser.

– Le dos
La zone sensible est surtout le bas du dos, juste à côté du haut des fesses.

– Le ventre
La zone comprise entre le nombril et le pubis est particulièrement sensible. L’homme pourra par exemple passer de petits coups de langues sur le nombril de sa partenaire.

Ce qui excite les femmes

Si le corps peut être stimulé pour accroître le désir, le cerveau aussi fonctionne pareil. Et, il suffit d’un rien pour déclencher une envie sexuelle chez une femme. Selon certaines études, le simple fait de voir un homme musclé peut avoir des répercussions sur sa libido. Idem pour la vue d’un homme qui fait du sport.

Ce mécanisme est étroitement lié avec les fantasmes des femmes. Parmi les autres stimulants visuels, on retrouve un homme qui fait la cuisine. Il semblerait que les femmes résistent peu aux charmes de ces derniers. Finalement, voir un homme faire le jardinage, c’est-à-dire prendre soin d’une fleur, serait aussi source de plaisir pour la femme. Pour celles qui fantasment sur les uniformes, la vue d’un plombier ou d’un policier peut provoquer les mêmes sensations.

Zones érogènes de l’homme

      – La tête
Comme pour la femme …tout commence par l’excitation cérébrale !

– La poitrine, le torse
Pour certains hommes, c’est une zone où les caresses sont très excitantes, et pour d’autres hommes ce n’est pas le cas, parce que ça ne leur fait aucun effet ou même ça les chatouille.
A vous de découvrir dans quelle catégorie il se range !

– Les bras, les épaules
Les hommes aiment montrer leur force virile par de beaux biceps, de larges épaules, ou des muscles saillants. Montrez que vous admirez son corps en caressant ou embrassant ces zones.

– Les fesses
Comme pour la femme, c’est une zone sensible. Vous pourrez les mordre doucement, les lécher, les pincer, voire les masser.

– Le périnée
Il s’agit d’une zone un peu cachée, située entre l’anus et les bourses, qui est très sensible chez l’homme. Un doux massage de cette zone conduit à des sensations extraordinaires.
Mais certains hommes n’aimeront guère – par pudeur – qu’on s’intéresse à cette partie de leur anatomie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *