Un anulingus : comment faire ?

Popularisé dans les années 70 par le célébrissime Rocco Siffredi, l’anulingus reste aujourd’hui encore une pratique méconnue et souvent mal maîtrisée. Pourtant, correctement réalisé, le Rimjob comme on l’appelle outre-manche, est capable de provoquer des orgasmes transcendants chez les deux sexes, sans compter que c’est un excellent starter du plaisir anal (plug, sodomie, pegging) . Voici quelques pistes pour un anulingus parfait !

L’anulingus : petit rappel de base

L’anulingus, on ne vous le présente plus, c’est l’art de stimuler oralement l’anus de votre partenaire. Doit-on vraiment vous servir le passage sur l’hygiène, la confiance et le consentement ? Si vous êtes ici, sur un blog libertin, c’est qu’a priori vous êtes un minimum conscients des règles de bienséances et de respect. Rappelons tout de même que l’anulingus étant une pratique soulevant encore pas mal de tabous, il sera plus que bienvenu d’en parler avec votre partenaire avant de se lancer à l’assaut de son anus.  De même, la personne qui reçoit l’anulingus (ou qui le demande) aura pris soin de prendre une petite douche auparavant… Histoire que son partenaire continue d’avoir envie de pratiquer.

L’anulingus : l’orgasme à coup sûr ?

Si le sexe masculin ou féminin est une zone érogène évidente, la zone péri-anale en revanche demande à être beaucoup plus travaillée. Alors ne vous attendez pas (trop) à faire hurler de plaisir votre partenaire dès la première fois. Au contraire, ce sont vos efforts (patients) et répétés qui finiront par éveiller la zone à sa propre sensibilité. Par contre, une fois que c’est chose faite, vous avez de très fortes chances de lui procurer un orgasme. Le must étant, comme bien souvent, de coupler cela avec une masturbation (du clitoris, du vagin, de la verge…)

L’anulingus : par où attaquer ?

Commencez par des caresses. C’est important les caresses et bon nombres d’amants ont trop souvent tendance à les négliger quand ils ne les oublient pas carrément. Donc caressez le visage de votre partenaire, sa gorge, ses seins, son ventre… Passez entre ses cuisses, descendez le long de ses jambes puis faites le chemin inverse en accompagnant vos mains de baisers, ici tendres, là langoureux, là encore sensuels. Vous pouvez aussi vous permettre de mordiller un petit bout de cuisse ou de fesse, c’est toujours stimulant. (Et on a bien dit “mordiller” pas dévorer !) Plus vous sentez votre partenaire se détendre, plus vous pouvez vous rapprocher de la zone cible.

Ensuite, se pose la question d’une approche directe ou indirecte. Deux écoles s’affrontent à ce sujet : les premiers vous diront qu’ils vaut mieux aller droit au but sans s’attarder sur la stimulation des zones classiques (clito, gland, …) car ces dernières étant bien plus érogènes que l’anus, cela créerait une frustration et du coup, l’approche de la zone péri-anale serait perçue comme “hors contexte” (Traduisez : “Mais pourquoi tu pars par là-bas alors que tu es beaucoup plus efficace ici ?!”). Il vaudrait donc mieux annoncer la couleur d’entrée de jeu.

Les partisans d’une approche indirecte pensent au contraire que la stimulation des zones classiques permet au partenaire comblé de se détendre et de relâcher ainsi plus facilement sa zone péri-anale.

Au final, c’est à vous de vous faire votre propre opinion sur le sujet car si chacune de ces approches fait des adeptes, c’est bien que c’est plus une question de ressenti personnel. Difficile dès lors de faire des généralités. Alors commencez par ce qui vous semble le plus en accord avec votre façon de fonctionner, expérimentez, testez et si ça ne vous convient pas, recommencez autrement. Et rappelez-vous que dans tous les cas, la clé de tout, c’est votre capacité à vous abandonner complètement à l’autre ou d’aider votre partenaire à lâcher prise.

L’anulingus : techniques et variantes

À présent, sans plus de délai (ni mauvais jeu de mots), entrons dans le vif du sujet. Saviez-vous qu’il existe différentes façons de faire un anulingus ?

Il y a tout d’abord :

  • L’anulingus langue tendue : tendez la langue, rigidifiez-la et en avant Guingamp, lancez-vous à l’attaque de l’orifice de votre partenaire. Oui, c’est un peu brut de décoffrage comme approche, un peu frontal aussi. Mais rien de vous empêche de lubrifier un peu avant (au contraire même !).  Et si vous poussez plus loin encore le jeu et pénétrez profondément l’anus de votre partenaire de votre langue, la technique s’appellera alors un “Colibri”.
  • L’anulingus langue molle est une variante un peu plus soft de la précédente car au lieu de tendre la langue dans un but de pénétration, on va plutôt lui faire prendre toute sa largeur et ainsi couvrir plus largement la zone péri-anale, maximisant ainsi les sensations de toucher et de chaleur.
  • Enfin l’anulingus glissant est parfait pour débuter avec la pratique car cela consiste à lécher la zone allant du périnée à l’anus.

Bien sûr, ces différentes pratiques peuvent se faire successivement et même alternativement lors d’un même anulingus. C’est d’ailleurs recommandé !

Vous avez à présent toutes les clés pour découvrir ensemble de nouvelles sensations. Et pour mettre plus de piquant (encore) dans vos ébats, pourquoi ne pas tenter l’anulingus en 69 ? On vous donne une dernière astuce si vous voulez essayer : ce sera plus facile si Madame est au-dessus de vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *