Êtes-vous libertin(e) ? | Désirs coquins

Êtes-vous libertin(e) ?

La culture, l’éducation, les a priori sont autant de freins à une sexualité libre et libérée. Alors comment passer outre et devenir un(e) vrai(e) libertin(e) ?

Qu’est-ce qu’un(e) libertin(e) ?

Êtes-vous libertin(e) ? | Désirs coquinsEffacez de votre esprit tous les a priori que vous pouvez avoir sur le libertinage. Bien que cet « art de vivre » implique souvent une sexualité plurielle et des pratiques qui sont parfois assez originales, il n’est nul besoin de tomber dans les extrêmes pour se prévaloir d’être libertin(e).

En effet, le libertinage à son origine était une façon de se libérer du carcan bienséant d’une religion moralisatrice et d’une société patriarcale. Dès lors, si tôt qu’on osait faire l’amour autrement que lumière-éteinte-en-missionnaire, on entrait directement soit dans la catégorie des viles mécréants damnés pour l’éternité, soit dans celle des hommes / femmes de mauvaise vie et donc parfaitement infréquentables.  C’est dire si c’était l’éclate. Le libertinage est donc né du désir de s’opposer à cette société de peine-à-jouir et a continué de grandir et de mûrir au soleil de l’hédonisme le plus irrévérencieux.

Et vous, êtes-vous libertin(e) ?

Aujourd’hui, bien que les mœurs  aient quelque peu évolué (…), notre société conserve néanmoins un fort héritage de cette grande époque de liberté. (#sarcasme)

Êtes-vous libertin(e) ? | Désirs coquinsOn aime ainsi beaucoup nous vendre des sex toys mignons, sexys et rigolos mais en parler librement reste encore compliqué. On confessera à la limite en avoir un à la maison, mais parce que “tu comprends, c’est Machine qui me l’a offert pour mon anniversaire. Une blague tu vois… Non mais elle con Machine aussi…On osera déjà beaucoup moins avouer qu’en fait nous n’avons pas qu’UN petit camarade mécanique mais toute une armée et qu’en plus nous les avons nous-mêmes choisi avec amour sur notre boutique en ligne préférée

Pourtant, ce n’est pas parce qu’on n’ose pas affirmer ouvertement ses envies que l’on n’est pas libertin(e). Parce que grosso modo, si vous aimez le sexe et lui accordez une grande place dans votre vie, si vous êtes open pour de nouvelles expériences, si vous aimez les rencontres et les découvertes au sens large, si vous n’aimez pas la routine et avez une sainte horreur des “tu-fais-ce-qu’on-te-dit-et-puis-c’est-tout“… Alors, il y a de fortes chances que vous soyez effectivement un(e) libertin(e).

Plonger dans le grand bain ?

La grande question que voilà ! Déjà, nous vous conseillons de commencer par faire le point sur vos envies : jusqu’où avez-vous envie et êtes vous prêt(e) à aller pour le moment ? Et pensez-vous que cela sera susceptible d’évoluer plus tard ? Ensuite, faites la différence entre simple fantasme et véritable désir de concrétisation. Si vous êtes seul(e) ou en couple, les choses ne s’aborderont pas non plus de la même façon.

Une fois que vous savez où vous en êtes de vos aspiration, alors le mieux c’est encore de sauter le pas ! Rendez-vous dans un club ou un sauna, rencontrez d’autres libertins, parlez avec eux (et plus si affinité !) et voyez comment les choses se passent pour vous et comment vous vous sentez après ça. Si vous vous sentez dans votre élément, parfait ! Continuez ainsi et savourez chaque étape ! Si au contraire vous ne vous sentez pas à l’aise, accordez vous le temps de la réflexion. Vous n’êtes peut-être pas prêt(e) pour cette étape-là. Ce n’est pas grave, il y a d’autres façons d’explorer le libertinage, à vous de trouver celles qui vous conviendront le mieux.

Alors, faire son coming out … Ou pas ?

Une fois que vous avez acquis la certitude que vous êtes libertin(e), que faites-vous de cette information ? Trois choix s’offrent à vous :

  • Le double jeu : vous conservez votre jardin secret, vivant comme Monsieur et Madame tout le monde le jour et libérant vos ardeurs la nuit. Ou l’inverse, c’est comme vous voulez. Attention, à la longue ça peut devenir un peu stressant, frustrant… Ou carrément addictif !
  • Le coming out tout public : vous assumez complètement ce que vous êtes et décidez de l’afficher clairement au reste du monde. Soyez conscient(e) cependant qu’il vous faudra faire face à une certaine incompréhension généralisée, à de nombreuses questions parfois gênantes et parfois seulement tordues ainsi qu’à pas mal d’apriori. Bref, autant dire qu’il va falloir faire un peu d’évangélisation autour de vous…
  • La poire en deux (recommandé) : tâtez le terrain auprès de votre entourage vertical le plus open et à même de comprendre ce que vous vivez. Si vous sentez qu’effectivement, y’a moyen que ça passe, alors parlez-leur en. Mais limitez-vous uniquement à un public discret et capable de tenir sa langue.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *