Comment Bien Faire une Fellation

Gâterie érotique ultime pour combler un homme et lui montrer du pays du côté du septième ciel, la fellation est un concentré de plusieurs plaisirs qui explosent en un seul grand et grandiose.

Il y a la sensation physique humide et tiède sur ce pilier riche en zones érogènes sensibles, il y a le mouvement de va-et-vient, il y a la passivité totale de cette caresse buccale durant laquelle l’homme n’a rien d’autre à faire que de profiter, il y a également le plaisir psychologique du rapport de force, le sentiment de puissance ressenti par le bénéficiaire de la gâterie…

Vous rencontrerez ainsi peu d’hommes qui préfèrent se casser un orteil plutôt que de subir une fellation et cette faveur érotique comblera à coup sûr et chaque fois votre moitié, à condition bien entendu, que vous en maîtrisiez tout son art subtil…

Dans les grandes lignes

Principe général

Pour celles et ceux qui auraient besoin que l’on reprenne à partir des bases des bases, la fellation consiste à stimuler le sexe masculin à l’aide de la bouche, de la langue et des lèvres, cet appendice mâle étant riche en zones érogènes capables d’une flopée de plaisirs.

Toujours de bon cœur

Offrir le gite buccal à l’attribut viril n’est pas une évidence et il ne faut s’adonner à cette cajolerie intime qu’à la condition que vous en ayez absolument l’envie et non pour le plaisir unique du partenaire. D’abord parce qu’en matière de sexe il ne faut jamais se forcer, et en suite parce que le mâle caressé sentant votre réticence en sera probablement moins satisfait : une combinaison perdant-perdant…

Question d’hygiène

L’intimité masculine qui a transpiré trop longtemps sous les couches d’habits ne sera pas forcément appétissante aux premiers abords. Afin de débarrasser le pénis de toute odeur désagréable, vous pouvez commencer votre aventure buccale sous une douche bien chaude ! Cela mettra par ailleurs madame dans de meilleures dispositions si elle se tâtait sur la question : sucer ou ne pas sucer ?

Toujours à l’écoute

Comme toujours quand il s’agit d’intime, soyez à l’écoute du corps de votre partenaire : ce que l’on n’ose dire de vive voix, le corps ne sait le cacher… Alors tentez des choses, variez les mouvements et observez comment votre homme réagit pour voir ce qui le fait décoller ou au contraire atterrir : soubresauts, soupirs, murmures, cris ou tremblements…

Pensez à respirer

Il est évident que vous ne vous laisserez pas mourir par suffocation pour cause de dévotion érotique exagérée, mais si vous voulez éviter d’être à cours d’air ou en état d’hyper oxygénation, prenez le temps dès le début de réguler votre respiration : tout plongeur vous le dira, mieux vaut des respirations profondes et régulières que de petites inspirations fréquentes et désordonnées !

Taisez-vous

Lorsque votre mère vous apprit à ne pas parler la bouche pleine, ce n’était certainement pas à ces instants intimes qu’elle songeait et pourtant, il faut appliquer cette maxime à cette gâterie coquine. Outre le fait qu’il faudrait interrompre vos caresses pour vous faire comprendre, la grande majorité des hommes n’aiment pas qu’on leur cause à cet instant de magie voluptueuse. Cela empêche de mettre le cerveau sur pause et le plaisir sur orbite.

Les positions

Pour certaines femmes, être à genoux la tête entre les jambes de l’homme confortablement assis a un caractère avilissant qui les dérange. Dans ce cas, le mieux est encore d’aller vous allonger tous deux sous la couette, madame se mettant en amont de monsieur… Et si vous êtes de fervents adeptes de la parité, vous pourrez même vous plonger à pleine bouche dans un délicieux 69. Sachez cependant que pour beaucoup d’hommes, une des sources de plaisir de la fellation est le pouvoir de domination qu’elle leur apporte.

Sans les dents

Avant que de nous intéresser aux étapes de cette « flûte enchantée », voici sans doute l’une des règles les plus importantes à respecter pour ne pas jeter un seau d’eau glacée sur les braises du plaisir que vous aviez allumées : prenez toujours grand soin à ce qu’aucune dent ne vienne ne serait-ce qu’effleurer la tige voluptueuse de monsieur sous peine de désenchantement immédiat.

Par étape

Les préliminaires

Si votre bouche gobe le sexe de votre homme sans préambule, il y a de fortes chances qu’il sursaute de douleur plutôt que de plaisir. Commencez par jouer avec l’engin à l’aide de vos doigts, puis donner quelques coups de langues brefs et chargés en salive afin de bien lubrifier l’attribut.

La vitesse

Ces messieurs aiment la surprise, les accélérations, les décélérations… Alors une fois la mise en bouche commencée, entamez tout en douceur avant de progressivement accélérer vos va-et-vient verticaux puis de ralentir à nouveau. Surprenez-le et faites durer le plaisir : lorsque vous sentez que la flûte s’apprête à sortir sa dernière note, marquez une pause.

Les zones du pénis

Le sexe masculin est composé de différentes zones à cajoler. Vous pouvez par exemple mettre juste le gland dans votre bouche et le traiter comme une sucette à l’aide de petites aspirations et de mouvements de la langue. Vous pouvez également passer votre langue le long de son frein, ligne ultra sensible et délicieuse. Ou encore, tout en faisant tournoyer votre langue autour de la couronne du gland, exercez une pression sur la hampe à l’aide de votre pouce et de votre index en effectuant un petit geste de massage.

Les zones autour du pénis

En fonction des goûts de votre homme, quittez quelques fois la tige masculine pour vous occuper des régions autour : passer doucement votre langue autour de ses testicules, ou masser le périnée, juste en dessous de la poche des testicules tout en poursuivant vos caresses buccales…

Avec ou sans les mains

Certains hommes apprécient tout particulièrement la fellation où seule la bouche vient offrir ses caresses… Mais ce n’est pas toujours simple de se priver de ses mains, surtout lorsque l’on commence à fatiguer. Alors afin d’éviter la crampe de la mâchoire, donnez parfois le relais à vos doigts pour ne pas interrompre les caresses trop longtemps et entretenir le plaisir de votre homme : si le sexe est bien lubrifié, vous pouvez par exemple le tenir entre vos mains et utiliser votre pouce pour caresser le frein en relai de la langue.

La conclusion

Lorsque votre homme est finalement pris des soubresauts d’extase qui annoncent l’explosion de son plaisir, vient la fameuse question du lieu de stockage de la semence masculine. Vous seule devez décider et encore une fois, ne faites rien à contrecœur ! Si vous êtes contre l’idée d’ingurgiter le fruit du plaisir de votre homme, vous pouvez toujours terminer la caresse à l’aide de vos mains, ou utiliser un préservatif parfumé (pour vous épargner le goût du latex) dans lequel monsieur pourra se lâcher sereinement…

Pour les plus aventureux

Le « deep throat »

Technique qui consiste à plonger le sexe de votre homme jusqu’au plus profond de votre gorge, elle est en général absolument adorée par les bénéficiaires mais plus difficilement acceptée par les engorgés. Elle peut entrainer en effet un réflexe de rejet assez désagréable. Cette technique demande ainsi un peu d’entrainement et de travail psychologique pour se débarrasser de ce réflexe de rejet.

Le massage prostatique

Si votre homme est d’humeur à tout tenter, vous pouvez, tout en poursuivant vos caresses buccales, glisser doucement un doigt dans son rectum de manière à aller masser langoureusement sa prostate pour une explosion de plaisirs de partout à la fois… Le résultat est spectaculaire, mais il faut que monsieur soit particulièrement excité et que le ou la partenaire fasse preuve de douceur et d’agilité…

La nourriture

En mettant certaines nourritures dans la bouche, le sexe gobé profitera des mêmes sensations que les papilles gustatives : un glaçon pour le mélange succulent du chaud froid, un bonbon à la menthe pour la fraicheur ultime ou un piment léger pour de la douce brûlure… Ou encore, grand classique du genre : l’eau gazeuse pour que ça pétille là où ça fait du bien !

Les lieux publics

La fellation est une pratique sexuelle assez propice à l’exploration en milieu peuplé. Elle ne demande en effet que très peu de déshabillage et d’espace ce qui permet une certaine discrétion. Vous pourrez ainsi tenter la chose au fond d’une salle de cinéma obscure, au milieu d’une forêt en été, à bord d’un avion en pleine nuit, dans une voiture (à l’arrêt !), et même dans une ruelle sombre ou une cabine d’essayage d’un grand magasin…

Le point sur les accessoires

Pour pimenter la gâterie, quelques accessoires peuvent apporter un plus non négligeable à ce plaisir délicat.

La nourriture

Comme évoqué plus haut, glaçon, piment ou eau gazeuse provoqueront un effet immédiat au niveau du plaisir de Monsieur. Le mieux étant de lui en réserver la surprise pour qu’il ne s’y prépare pas !

Le masseur prostatique

Si Monsieur se sent tenté par l’idée, l’association de la fellation et du massage prostatique le mènera à coup sûr encore un peu au-dessus du 7ème ciel. L’avantage d’utiliser un vibreur plutôt que son index, c’est que le vibreur sait exactement où se rendre sans tâtonnement et cela permet de pouvoir se consacrer pleinement à la mise en bouche du pénis.

Menottes et Bandeau

Aveuglé et attaché, monsieur ne ressentira que mieux tous les délices de son pénis traité royalement. Les sensations seront exacerbées et son extase sera parfaitement pure, sans pollution extérieure. Et si vous souhaitez avant tout renforcer les plaisirs de domination de Monsieur, vous pourrez faire l’inverse : Madame prend Monsieur en bouche les yeux bandés et les mains attachés dans le dos…

Le masturbateur

Pour varier les plaisirs et permettre à Madame quelques pauses pour soulager les muscles de sa mâchoire, un masturbateur vibrant fera alterner les sensations sur le pénis de monsieur, partagé entre la chaude douceur de la bouche et les irradiantes vibrations du masturbateur zélé.

Le plaisir en un coup de baguette magique

Tous les goûts coquins sont dans la nature et chaque homme aura ses préférences et petits désirs spécifiques, mais si vous suivez ces conseils, vous devriez parvenir à lui faire vivre quelques belles échappées extatiques et finir par lui faire crier, au détour d’une succulente extase : « nom d’une pipe ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *