Si vous n’aimez pas avaler le sperme, lisez ceci

Comment bien terminer une fellation si on n’aime avaler pas le sperme ?

Question que des lecteurs nous ont posée (surtout des hommes qui se plaignaient que leur femme n’aimaient pas le sperme), et à laquelle nous pouvons apporter quelques réponses. Évidemment, avaler le sperme permet à l’homme d’avoir une jouissance totale dans la bouche, sans interruption. Rappelons que la « gorge profonde » menée jusqu’à son terme provoque une giclée de sperme directement dans le pharynx et donc, selon nos propres termes dans l’article à ce sujet (voir « gorge profonde) , rend la semence inoffensive gustativement. Mais l’exercice est difficile…

On peut aussi recueillir le sperme dans la bouche en bloquant l’ingestion du liquide en pressant le fond de la langue contre le palais et ainsi fermer le passage, ce qui laisse l’orgasme se dérouler dans la bouche. Deux solutions : recracher (mais ce n’est pas très joli) ou laisser couler le sperme, toujours gorge bloquée, le long du pénis…

Si vraiment la personne déteste le goût du sperme même non ingéré, il y a le préservatif, bien lubrifié et posé au dernier moment avec suffisamment d’habileté (pendant la pose, la femme branle, et embrasse le gland ou les couilles), qui autorise l’orgasme entre les lèvres. Un préservatif « court », c’est-à-dire bien roulé et posé seulement sur le gland, permet alors à la femme de sucer profondément, et ses lèvres pourront toucher la peau du pénis. 

Seul le gland ou le méat seront recouverts. Enfin, au cas où cette pose du préservatif ne serait pas réalisable, pensez à une chose : au moment de l’orgasme, toute la zone génitale masculine est au maximum de sa sensibilité. La femme peut donc lécher mordiller, embrasser pu sucer fortement le frein, voir le gland, en laissant libre le méat, trou par lequel jaillira le liquide , tout en caressant avec autorité les testicules, et/ ou la zone périnéale, voire l’anus, tout cela dans un seul but : faire « oublier » à l’homme que la bouche n’est plus tout à fait autour de son pénis. Signalons pour terminer que quelques couples dont la femme n’aimait pas le sperme ont essayé la technique de la « mithridatisation »: une larmichette du liquide posée sur la langue, après chaque éjaculation, jusqu’à ce que la femme s’habitue à sa texture et à sa saveur. Ce qui paraît-il, et sauf certains cas rédhibitoires, est assez efficace.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *