Les secrets de la masturbation féminine

Encore tabou il n’y a pas si longtemps, la masturbation féminine est un sujet dont les femmes ne se cachent plus. Elles sont de plus en plus à parler de leurs plaisirs solitaires sans en rougir. Confidences de certaines d’entre elles sur leurs pratiques.

Sorti en 1976, le rapport américain Hite, effectué auprès de 3000 femmes américaines présentait un état des lieux de la sexualité féminine sans verser dans les stéréotypes. Ce document avait marqué les esprits en abordant de façon inédite le plaisir féminin et en particulier clitoridien. On y apprenait que la masturbation était pratiquée par la grande majorité des femmes (82%) et, parmi elles, 95 % parvenaient sans peine à l’orgasme chaque fois qu’elles le voulaient. L’enquête a levé le voile sur six types de masturbation (avec quelques variantes).

Parmi les pratiques évoquées, l’excitation de la région clitoridienne et/ou vulvaire en étant couchée sur le dos. Si chacune a sa propre façon de se donner du plaisir, les témoignages abondent dans le sens d’une connaissance de son corps :

  • « Je m’excite toujours de la même façon : mon doigt caresse mon clitoris et parfois j’enfonce en même temps un autre doigt dans mon vagin. Je ne caresse que ma zone génitale » ;
  • « Je me masturbe en massant latéralement mon clitoris, doucement d’abord, puis en augmentant l’intensité de la pression. Je me sers de l’index (une seule main) » ;
  • « Mes doigts caressent mon clitoris et, de ma main libre, je gratte, tire, pince le bout de mes seins. Je me caresse alternativement de haut en bas et en rond. Mes jambes sont tantôt jointes, tantôt écartées. Je trouve particulièrement excitant d’immobiliser ma main et de continuer la friction en remuant mon sexe contre mon doigt ».

Voici quelques témoignages de femmes qui pratiquent l’onanisme allongées sur le ventre :

  • « Je suis couchée sur le ventre, les jambes légèrement écartées et je me sers des deux mains, la droite appuyée sur le clitoris, la gauche serrée contre elle pour augmenter la pression. En remuant le bassin de haut en bas, modérément vite, j’obtiens la friction que je désire sur la région de mon clitoris » ;
  • « Je me masturbe sur le ventre, les jambes jointes en pressant mon clitoris avec l’index et le médius des deux mains, l’une sur l’autre. Parfois je me caresse les seins ou les fesses d’une main, ou je glisse mes doigts dans mon vagin » ;
  • « Je débute par une caresse circulaire du clitoris et de temps en temps je frotte de haut en bas, le clitoris serré entre deux doigts. De la main droite je vérifie que mon vagin est bien mouillé et je me livre à un fantasme. Je continue de stimuler mon clitoris et je glisse deux doigts dans mon vagin » ;
  • « Je maintiens sous moi le vibromasseur, plus ou moins fermement, en remuant mon corps sur lui »

Confidences de femmes sur la masturbation par frottement :

  • « Je fais avec le drap une petite boule à peu près de la taille d’un poing (je me servais de la tête de mon pauvre ours en peluche, mais depuis que j’ai passé l’âge de dormir avec un ours, je me contente d’une poignée de drap).
  • « Je me couche sur le lit, la boule appuyée sur mon clitoris. Puis je remue les hanches avec un mouvement circulaire jusqu’à ce que je jouisse » 
  • « Je ne me masturbe pas vraiment, je me frotte à peine contre le drap, pas plus… » 
  • « Je me masturbe d’habitude sur le coin d’une chaise, je me frotte, les jambes serrées.  » 
  • « Je me frotte lentement contre mon lavabo, en appuyant très fort mon pubis, la fraîcheur de la céramique m’excite beaucoup ».

Des femmes serrent leurs cuisses en cadence, de façon répétée :

  • « Je suis assise sur un fauteuil ou dans mon lit, et je me sers des muscles de la partie interne de mes cuisses.Je me concentre avec toute mon énergie sur la région de mon sexe » 
  • « Je frotte mes cuisses l’une contre l’autre, en général couchée, mais je le fais aussi en étant assise (au bureau, dans l’autobus, etc.). Le frottement exerce une pression délicate sur le clitoris ».

Les femmes peuvent aussi masser leur région génitale avec de l’eau :

  • « Je dirige le jet de la douche vers mon clitoris, les jambes très écartées. »
  • « Je suis couchée dans la baignoire et l’eau du robinet tombe sur mon pubis, mon clitoris et mon vagin. Plus l’eau est chaude, plus la pression est forte, et plus je jouis vite ».
  •  » Je dévisse la pomme de la douche pour que le jet sorte tout droit du tuyau. J’écarte mes petites lèvres pour exposer mon clitoris ».

Peu de femmes effectuent systématiquement une pénétration vaginale (1, 5 %) et plus de la moitié commencent par stimuler manuellement leur clitoris, comme le confirment ces témoignages :

  •  » Je pose un doigt sur mon clitoris et de l’autre main je fais aller et venir le goulot d’une bouteille en plastique dans mon vagin ».
  • « Mon mari remue un godemiché dans mon vagin pendant que j’appuie un vibromasseur sur mon clitoris« .
  • « Le plus souvent je remue les doigts dans mon vagin, de temps en temps je les laisse immobiles, toujours enfoncés ».

Enfin, 11 % des femmes ayant répondu au questionnaire combinent plusieurs de ces techniques de masturbation pour aboutir à l’orgasme. Objectif : varier les plaisirs et casser la routine sexuelle.
« Je me masturbe de bien des façons. Sur le dos dans la baignoire, sur mon lit, sur un divan, sur le plancher et tout y passe… mes seins, mon ventre, mes cuisses, mes fesses, mon vagin et mon clitoris. J’adore rouler mon clitoris entre le pouce et l’index, un doigt dans le vagin et jouer avec mes seins et avec mes mamelons ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *