Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquins

Quelques conseils pour une 1ère sodomie

Tous les sites, toutes les revues, tous les livres érotiques, tous les films X décrivent des pénétrations anales. Nombre d’hommes ont envie de pratiquer ce type de coït. Nombreux aussi sont ceux qui ont échoué dans leurs tentatives (actives ou passives).

Bien s’y prendre la première fois :

Le principe : Vous n’essaierez pas de prendre du plaisir, mais vous tenterez de partager un plaisir nouveau !

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsIl faut un début à tout. Il ne faut en aucun cas s’imaginer que d’emblée, les femmes et les homos aiment les pénétrations anales. Celles et ceux que vous voyez en vidéo ou en photo sont, de longue date, habitués à ces pénétrations. Au départ, elles/ils ont découvert le côté érogène de leur rose anale et se sont progressivement pénétré(e)s d’objets de diamètres divers. Tout le monde n’a pas fait ces premiers essais, et de nombreuses personnes ont de véritables interdits psychologiques quant à cet endroit. Si votre partenaire bloque dès votre approche, armez-vous de beaucoup de patience, et surtout, dites-vous déjà que ce ne sera peut-être pas réalisable.

Dans un couple, toute activité sexuelle (ou autre) doit apporter du plaisir aux deux partenaires, si c’est une pénible épreuve pour l’un(e) des deux, laissez tomber et demandez-vous si c’est vraiment indispensable à la vie. Face à un blocage psychologique, vous risquez de vous faire traiter de cochon et si vous forciez une tentative contre un blocage physique, vous feriez souffrir votre partenaire non accoutumé(e) et gâcheriez au moins votre soirée, et peut-être même toutes les suivantes. Donc, si ça ne marche pas, n’insistez pas.

Les difficultés psychologiques

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsPour se laisser pénétrer par la voie étroite, votre partenaire doit avoir soit une grande habitude de cette pratique, ou, s’il s’agit d’une première fois, une très grande confiance en vous. Une éducation rigoriste a peut-être désigné cette partie de son corps comme sale et honteuse. Pour se laisser approcher par là, elle/il devra « commettre un péché ». Soyez donc rassurant(e), goûter d’un plaisir nouveau ne doit pas la/le d évaluer à vos yeux ni aux siens. Votre partenaire craint peut-être de vous salir. Elle/il a peut-être peur d’être déchiré(e) ou simplement de ne rien ressentir d’agréable. Mille petites raisons peuvent faire « coincer » l’approche, soyez donc gentil(le) doux(ce), progressif(ve) rassurant(e). Car c’est votre ami(e) qui accepte tous les risques de votre initiative. Si votre partenaire a l’impression que quoiqu’il arrive, vous êtes décidé à « le faire » elle/il aura peur et soit, se fâchera, ou sera tellement stressé(e) et tendu(e) qu’elle/il aura très mal.

Surmonter les difficultés physiques

Tout d’abord, afin à la fois de rassurer votre partenaire quant à sa propreté et pour simuler la zone érogène visée, prenez l’habitude de l’embrasser sur la rose anale après lui avoir baisé le sexe et caressez la (doucement). Lorsque vous faites l’amour par la voie normale, appuyez un doigt et pressez la rose au rythme de vos mouvements, sans forcer, vous verrez déjà si elle apprécie le toucher. Toujours après avoir très gentiment préparé votre partenaire comme ci-dessus, vous lui enfoncerez un doigt lubrifié sans aller trop loin. Chaque étape doit être un plaisir qui doit rester en sa mémoire comme une sensation nouvelle et agréable.

Ce n’est qu’après plusieurs relations, lorsque vous sentirez qu’elle/il s’ouvre à votre approche que vous la/le pénétrerez plus profondément du doigt. Ensuite, vous l’enduirez de crème avant de lui enfoncer progressivement et doucement, sans forcer la pointe d’un vibromasseur lisse.

Franchir les obstacles.

Les deux obstacles physiques à surmonter sont l’élargissement et le glissement.

sodomieL’élargissement est moins difficile qu’on ne le pense, il suffit au partenaire qui se sent pénétré de « pousser » comme pour déféquer, la « poussée » n’est qu’une impression, ce mouvement des muscles a en réalité plus d’effet d’ouverture que d’expulsion.

Concernant le glissement, le serrage de cette voie étant plus ferme, il faut très abondamment enduire les doigts ou objets pénétrants de lubrifiant, les enfoncer partiellement, les ressortir et les ré-enduire plusieurs fois pour que tout se passe bien. Si, et seulement si, l’opération lui plaît, vous vous risquerez à la/le pénétrer de votre sexe. (Voir si le vibro a le même diamètre que votre sexe, sinon utiliser un autre vibro plus gros avant l’étape décisive). Ce n’est que si les difficultés psychologiques sont dépassées, et si elle/il aime se laisser faire des douceurs anales, que vous pouvez envisager l’étape finale. Il est indispensable de préparer les lieux à visiter comme de coutume par un baiser profond. Vous devrez détendre l’étroit orifice par des pénétrations prudentes d’un doigt lubrifié, puis vous placerez et laisserez vibrer longuement un vibro avant de passer à l’acte. Le sexe masculin doit lui aussi être lubrifié par-dessus le préservatif.

Enfin, lorsque vous aurez joui, n’attendez pas de mollir pour vous retirer, car alors, en reculant, vous seriez « éjecté » et la fermeture brutale peut faire mal. Retirez-vous lentement alors que vous êtes encore bien raide, et lorsque vous sentez que vous passez la corolle anale, résistez et sortez très progressivement malgré la poussée. Vous devez permettre aux muscles qui vous ont serré de se refermer tout doucement. Vous pouvez user (sans abuser) de cette façon de faire. Si vous pratiquez le coït anal au maximum une fois par semaine, il n’y a pas de risques de problème à long terme. Les cas de « fuites » anales sont rares et dus à de très sérieux excès.

De la théorie à la pratique…

Si vous avez convaincu votre partenaire, la moitié du boulot est fait, il ne vous reste plus qu’à essayer. La seconde étape consiste à la préparation. En effet, il faut que le moment soit bien choisi lorsque l’excitation est à son paroxysme. On peut par exemple commencer par caresser l’anus et pourquoi pas y insérer un doigt comme un teaser pour un film à grand budget. Comme je l’ai dit plus haut, l’utilisation de lubrifiant peut facilité la chose et rendre le truc un peu plus coquin et excitant.

Tape moi dans l’fond, j’suis pas ta mère !

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsArrive le moment tant attendu, celui de la pénétration. Là encore, pas de précipitations. Il ne faut pas que la sodomie (surtout lorsque c’est la première fois) soit désagréable. Essayez de laisser votre partenaire prendre le contrôle car elle sait mieux que vous pour l’instant ce qui lui fait plaisir, ne forcez pas les choses. C’est ensuite à vous d’être à l’écoute et de bien observer s’il y a plaisir ou pas. N’hésitez pas à lui demander si tout va bien, il ne faut pas que le sexe anal soit exécuté juste « pour faire plaisir » à l’autre. Ce moment doit être partagé à deux.

Ça ne veut pas !

Parce qu’on ne peut pas tout réussir du premier coup dans la vie, si vous sentez que ça ne fonctionne pas, n’insistez pas et retentez l’expérience une autre fois. Il faut que la sodomie reste quelque chose d’agréable dans la tête du partenaire. Si les souvenirs sont mauvais, pas de doutes qu’il sera plus compliqué de pratiquer.

Tout le monde n’est pas égal sur le sujet. Certaines femmes vont grimper aux rideaux et d’autres ne ressentiront que la douleur. L’explication est physique, toutes les personnes ne sont pas les mêmes mais généralement lorsque l’on s’applique et que l’on fait les choses dans les règles de l’art, le plaisir est bien présent.

Comment réussir sa sodomie ?

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsBen oui, c’est comme tout : parfois ça foire, parfois c’est réussi. La première info importante pour ceux qui ont séché la quatrième : les filles ne mouillent pas des fesses, les gars ! Vous connaissez bien le fonctionnement d’un vagin, il se lubrifie avec l’excitation pour permettre des va-et-vient bien agréables. L’anus, non ! On va dire que la nature ne nous a pas vraiment programmées pour que ça passe facilement par derrière…

Aparté : il existe un pourcentage minimal de filles qui mouillent tellement par devant qu’elles ont tout ce qu’il faut de lubrification quand il s’agit de passer derrière. Mais pour toutes les autres, on a besoin que vous nous prépariez un peu avant de nous sodomiser !

Vous allez très vite voir si la fille en face de vous est ouverte sexuellement, dès les préliminaires. Quand vous êtes en train de lui faire un cunnilingus, approchez votre langue de sa raie et voyez si elle apprécie votre langue sur son anus ou non…

Bonus spécial pour ceux qui veulent faire ça bien : retournez votre partenaire et mettez-la à quatre pattes, comme en levrette pour bien la lécher partout. Oui, vous savez ce que ça veut dire « partout », maintenant. Le nom érotique mignon de l’anulingus est « feuille de rose », je vous laisse vous représenter la vue.

Si vous voyez qu’elle fuit quand votre langue s’approche de son anus, ce n’est pas gagné… Attendez alors l’étape suivante.

Elle est maintenant sur vous, vous êtes en train de faire l’amour. Ou bien vous êtes en missionnaire, vous sur elle. Quelle que soit la position, mouillez un de vos doigts et approchez-vous de son anus. Commencez à jouer avec votre doigt autour de son anus, puis venez progressivement jouer sur son petit trou. Est-ce qu’elle se laisse pénétrer par votre doigt ? Est-ce que ça lui procure plus de plaisir ou retire-t-elle votre doigt ?

Elle aime ou pas ?

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsLes filles qui n’aiment pas la sodomie vous le diront vite : « Non, pas par-là » ou « Non, chemin interdit ». Elles verbaliseront davantage leur désir et ce qui les dégoûte.

Si vous voyez qu’elle apprécie votre doigt derrière, vous pouvez essayer d’en insérer un deuxième pour lui faire comprendre vos intentions de la sodomiser.
Prêtez attention aux regards, et parlez-vous ! Dites-lui que vous avez envie de changer d’endroit, dites-lui que ses fesses vous rendent fou… Si elle est d’accord, c’est le moment d’y aller doucement ! Ça reste un endroit fragile. Pour une fois, les mecs qui complexent sur la taille de leur engin sont avantagés : les gros sexes  font peur quand il s’agit de sodomie.

Allez-y doucement, ajoutez du lubrifiant, prévoyez des préservatifs extra-lubrifiés et une fois en elle, allez-y piano ! Écoutez-la, allez à son rythme, laissez-la s’empaler sur votre membre et contrôler la vitesse et la profondeur de la pénétration.

Sodomie : progresser par étapes

Douceur + patience + délicatesse : voilà « la » recette pour une sodomie réussie. Pour se préparer avant le jour J, on peut d’abord inviter Chéri à explorer la zone avec ses doigts ; si on se sent à l’aise, cela peut même se finir en pénétration avec un ou deux doigts – c’est l’analdigitus. Sinon, on peut opter pour un jeu érotique avec un sex-toy (attention à choisir un sex-toy adapté)… voire avec la langue, façon cunnilingus anal !

Sodomie : essayer le plug anal

Quelques conseils pour une 1ère sodomie | Désirs coquinsCe sex-toy en forme de cône est spécialement conçu pour la pénétration anale : c’est l’accessoire idéal pour se préparer à la sodomie. Parce qu’il en existe différentes tailles, différentes largeurs et différentes textures (en silicone, en verre, en métal, en bois…), il permet de s’initier en douceur au sexe anal. On le choisit dans un love store (où on peut même demander des conseils) et on fait attention à bien le nettoyer avant usage avec un savon anti-bactérien pour éviter les infections.

Sodomie : se préparer pour le jour J

Pour tester la sodomie dans les meilleures conditions le jour J, on pense d’abord à l’hygiène : on vide ses intestins et on prend une bonne douche – en duo, par exemple, ça peut être l’occasion de préliminaires originaux. Ensuite, on se détend – grâce à des caresses ou à un massage, par exemple. Enfin, on garde à portée de main quelques préservatifs (important : il faut changer de préservatif si on passe à une pénétration vaginale), un paquet de mouchoirs, du lubrifiant et, éventuellement, nos jouets coquins préférés !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *