6 erreurs que les femmes détestent pendant le cunnilingus

Certaines femmes adorent le cunnilingus. Mais encore faut-il respecter certaines règles pour qu’elles y trouvent leur plaisir. Ce qu’elles n’aiment pas et pourquoi.

Qu’il n’y ait pas de préliminaires

La langue dardée en pointe posée directement sur le clitoris, voilà bien ce que la plupart des femmes détestent. Elles peuvent avoir mal ou cela peut les chatouiller. D’où l’importance de commencer par des préliminaires ! « Avant d’embrasser le sexe on commence par un baiser sur la bouche » conseille Nathalie Giraud-Desforges, sexothérapeute et thérapeute de couple. « La porte de la bouche ouvre la porte du sexe » explique-t- elle.

Vous pouvez ensuite enchaîner avec des caresses sur le ventre, les cuisses de votre partenaire, puis embrasser doucement son sexe. « Il faut qu’il y ait une danse vers le clitoris » enseigne notre experte. « Y aller directement répond plus à un besoin chez l’homme que chez la femme. Et c’est dans l’idée d’une pénétration rapide ».

Stimuler trop vite le vagin

Une des erreurs que font souvent les hommes pendant un cunnilingus est de stimuler le vagin avec les doigts sans attendre que celui-ci soit lubrifié. Il est important d’attendre que la femme soit excitée par des baisers et des caresses avec la langue avant de glisser un doigt dans son vagin, avec délicatesse. « Si le doigt pénètre trop tôt, le respect du rythme n’est pas mis en place, cela peut faire mal et créer de la crispation » indique Nathalie Giraud-Desforges. « En outre, le plaisir de la femme est oublié, la pensée dirigeante étant la pénétration… ».

Être embrassée sur la bouche pendant ou après un cunnilingus

S’il y a bien une chose que les femmes détestent mais que d’autres adorent, c’est d’être embrassée par leur partenaire qui est en train de faire un cunnilingus. « C’est exactement comme chez les hommes : certains adorent sentir le goût de leur sexe et de leur sperme dans la bouche de leur partenaire et d’autres détestent » informe Nathalie Giraud-Desforges. Dans le doute, si vous ne savez pas si votre compagne apprécie un baiser au goût de ses sécrétions vaginales, attendez la fin du cunnilingus et de vous être essuyé la bouche pour l’embrasser.

Les changements de tempo

Si dès que votre partenaire commence à jouir, vous changez de rythme ou de façon de stimuler le clitoris, vous pouvez l’empêcher de parvenir à un orgasme. Mieux vaut stimuler le même endroit de la même manière, si cela semble lui convenir. « Si les indicateurs sont verts – mouvements du corps, murmures, cris, respiration, ne changez pas de tempo car cela coupe la femme dans la montée de son plaisir » conseille Nathalie Giraud-Desforges. Si tout vous montre que l’excitation grandit chez votre partenaire, continuez, vous êtes sur la bonne voie !

Le cunnilingus fait de façon machinale

Une autre chose que les femmes détestent, c’est un cunnilingus fait sans plaisir, sans être réellement présent à ce que vous faites. « La langue c’est comme un laser. Tout changement d’énergie est ressenti par la partenaire. Et c’est très désagréable pour une femme de sentir que cela devient machinal » explique Nathalie Giraud-Desforges. « Là-encore, les femmes n’aiment pas sentir que c’est juste une marche pour la pénétration et pas fait juste pour leur plaisir ».

Y aller trop fort et trop vite avec la langue !

« Il faut faire attention à la pression exercée par la langue qui peut faire mal » indique Nathalie Giraud-Desgorges. « La langue est un muscle hyper puissant. Elle peut même créer une sensation moins douce que la pulpe du doigt ». Son conseil : ne pas stimuler qu’avec la langue mais avec toute la bouche, en faisant par exemple des mouvements de succion avec la bouche en cul de poule. « Suçoter avec toute la bouche est plus doux ».

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *