L’échangisme, piment ou danger du couple ? | Désirs coquins

L’échangisme, piment ou danger du couple ?

De plus en plus de couples reviennent à cette pratique ancestrale et souvent condamnée : l’échangisme. Petit tour de la question…

L’échangisme à l’encontre des codes sociaux

Les comportements extra-conjugaux vont aujourd’hui à l’encontre des codes dictés par notre société. La norme étant le couple, avoir des relations sexuelles avec d’autres personnes est présenté comme une « déviance », en particulier par la religion. Mais aux origines de l’humanité, ces codes n’étant pas établis, il était fréquent que plusieurs personnes se livrent à des orgies en groupe, comme chez certaines espèces d’animaux.

Contrairement au libertinage, qui se pratique entre deux couples, l’échangisme peut se faire quant à lui entre un couple et une autre personne.

L’échangisme, un effet de mode ?

Cette pratique a commencé à se développer en Europe pendant la seconde guerre mondiale, les militaires participant parfois à des « key parties » durant lesquelles les hommes mélangeaient leurs clés pour être choisis au hasard par leurs épouses.

À ne pas confondre avec les « communautés sexuelles » (apparues dans les années 70), l’échangisme prône les relations sexuelles sans lendemain au sein d’un groupe, et non pas la destruction ou la remise en question de la notion de couple.
De plus en plus d’adeptes révèlent au grand jour leur goût pour cette pratique, et les médias n’en parlent plus avec honte. Aujourd’hui, la sexualité se doit d’être originale, excentrique, libérée, et c’est un peu à celui qui en fera le plus.

Echangisme : un moyen de renforcer le couple ?

Plus généralement issus de la classe moyenne ou aisée, ces nouveaux épicuriens appartiennent à tous les niveaux économiques et culturels. Les rencontres se font généralement via des petites annonces, des forums de rencontres ou des soirées organisées par des initiés.

L’échangisme, piment ou danger du couple ? | Désirs coquinsMais cette sexualité collective rime-t-elle forcément avec liberté sexuelle. Selon Daniel Welzer-Lang, sociologue et maître de conférence à l’université de Toulouse, certaines pratiques ont encore du mal à se conjuguer au féminin. D’après lui, l’échangisme reste encore un milieu macho. Non seulement le premier pas est plus souvent une demande masculine mais l’imaginaire érotique féminin peine parfois se satisfaire des codes hérités du porno très présent lors de ces soirées.

Mais cette conception de la femme soumise et sexy semble évoluer, comme en atteste le témoignage de Sarah sur nos forums : « Pour moi et pour beaucoup d’autres personnes ayant vécu cette expérience, notre couple est beaucoup plus épanoui. Nous sommes plus heureux, il y a moins de tensions (…) Ça n’a pas été facile de prendre cette décision mais je ne regrette rien. Je suis très heureuse avec mon copain. La preuve : il m’a demandé de l’épouser, il y a un mois« .

Quelles sont les motivations initiales de ces explorateurs de nouveaux horizons sexuels ? Envie de pimenter sa vie amoureuse, de ne pas mourir idiot, de braver les interdits et les conventions sociales… Telles sont les intentions affichées de ces hédonistes des temps modernes. Mais combien parmi eux ont simplement envie de rester dans le coup pressé par une société où le plaisir est roi… Les échangistes ne seraient-ils pas des victimes de la mode ?

De la difficulté de concilier libertinage et sentiments

« Briser les interdits ! », « La fin du dernier tabou ! »… Alors que ces slogans s’affichent sur les couvertures des magazines soft, cette volonté permanente de mélanger sexe et interdit pourrait traduire une panne de désir.

Dans cette société de blasés, la négation des interdits peut devenir une fin en soi. Seul impératif : devoir sans cesse en chercher ou en créer de nouveaux. Comme si le slogan « Il est interdit d’interdire » avait finalement succédé aux pressions sociales et religieuses… De quel côté se trouvent les nouveaux sexo-réacs ?

Alors l’échangisme est-il un phénomène de mode ou une véritable école du plaisir ?

Où peut-on pratiquer l’échangisme ?

Les boîtes de nuit échangistes
Elles sont aménagées pour l’occasion, en favorisant la circulation des participants d’un espace à un autre et elles proposent souvent des lieux en retrait de l’ordinaire piste de danse ou du bar (salons plongés dans la pénombre avec banquettes et tapis, saunas, hammam, douches…). Il existe des styles très variés de clubs (chic, festif, guindé…) et la France serait l’un des pays d’Europe possédant le plus de lieux échangistes.

Mais bizarrement, l’échangisme n’est pas une pratique si libre que ça. Par exemple, alors que les rapports femme-femme sont bien acceptés, les rapports homme-homme y sont proscrits.

À domicile

L’échangisme, piment ou danger du couple ? | Désirs coquins

Quand le dîner du samedi soir entre amis dérape : Certains groupes d’échangistes aiment se retrouver chez eux, tour à tour, dans un univers plus familier que la boîte de nuit.
Et si vous n’aimez pas l’idée de pratiquer l’échangisme avec vos amis, sachez que des sites de rencontres pour échangistes existent, comme le célèbre Wyylde
L’échangisme, piment ou danger du couple ? | Désirs coquins
, où vous pouvez partager vos expériences et organiser des rencontres avec des personnes qui ont les mêmes envies que vous. Par ailleurs Wyylde le Mag est une source inépuisable d’infos sans tabou sur le sexe décomplexé et les pratiques libertines.

 

Les risques pour le couple

L’échangisme apparaît parfois comme un adultère déguisé. En effet, certains couples disent pratiquer l’échangisme pour briser la routine du quotidien. Mais cela leur permet également de prévenir les risques d’infidélité en « soignant le mal par le mal ». L’un des deux partenaires peut donc se sentir blessé d’assister « en direct » aux ébats de son conjoint avec quelqu’un d’autre, même si sa présence le rassure et lui donne l’impression qu’il n’y a pas de secret au sein du couple.

De plus, l’échangisme peut être le lieu d’une grande remise en question de ses « capacités » sexuelles à cause de la comparaison avec d’autres personnes : « il fait mieux l’amour que moi », « il a un plus gros pénis » pour les hommes, ou « elle a une plus belle poitrine » pour les femmes.
Voir son partenaire prendre plus de plaisir avec un/une autre peut également être perturbant pour le couple et attiser une jalousie plus ou moins consciente.

Mais l’amour dans tout ça ? Mieux vaut être pleinement conscient des risques encourus… Seriez-vous capable d’avoir des relations sexuelles avec d’autres personnes en présence de votre conjoint ? Supporterez-vous le spectacle de votre ami(e) dans les bras d’un autre ? Sauriez-vous aisément concilier plaisir et douleur ? Une fois goûtés ces plaisirs défendus, quel usage feriez-vous de ces pratiques ?

Parfois, cette expérience peut raviver le désir défaillant en attisant une jalousie plus ou moins inconsciente. Dans d’autres cas, elle peut à contrario précipiter l’agonie d’une relation amoureuse un peu bancale

En s’enfermant dans un sentiment de jalousie, la conséquence ne peut être que destructrice… L’échangisme ne pourra ressouder une relation qui s’effrite et nécessite une confiance et une complicité mutuelle très prononcée. Mais il n’est pas toujours facile de trouver le bon équilibre entre libertinage et stabilité affective. A bon entendeur…

Quelques conseils…

– L’attentat à la pudeur est passible d’un an d’emprisonnement et 15 000 € d’amende. Évitez donc les orgies géantes sur les plages de certains camps de nudistes.
– On ne le répétera jamais assez : sortez couverts ! Même avec des couples d’amis proches, utilisez des préservatifs. Dans les clubs échangistes, ils sont bien souvent distribués gratuitement …et à volonté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *