Ma première sodomie | Désirs coquins

Ma première sodomie

Je ne sais déjà pas pourquoi je suis ici en train de vous raconter cette histoire, certainement je n’avais besoin. Je m’appelle Béatrice j’ai 36 ans. J’ai toujours été une femme classique sexuellement. Missionnaire, une levrette, une éjaculation sur le ventre et quelquefois un cunnilingus.

Dans ma vie de femme mariée cela a toujours été comme cela. Je n’ai pas un mari très friand de sexe et nous avons des rapports sexuels fréquents et totalement ennuyeux. Un jour, j’étais à mon travail (je suis coiffeuse), lorsqu’un bel homme d’une cinquantaine d’années s’assoit dans mon fauteuil. C’était mon dernier client et j’ai bien vu qu’il était en train de me séduire. En tant que femme mariée, j’ai essayé de garder mes distances mais je dois avouer que j’étais loin de rester insensible au charme de cet homme mûr. Il était vraiment l’homme idéal qui collait parfaitement avec mon type. Grand, qui prend soin de lui, un sourire et un regard ravageur. Il avait aussi de grandes mains, je me voyais très bien m’abandonner complètement sous ses caresses.

Ma première sodomie | Désirs coquinsIl m’a invitée à prendre un verre et j’ai accepté. Sauf que cet homme était de passage en ville et qu’il était dans un hôtel à 400 m de chez moi. Je n’étais pas tranquille mais excitée à la fois. Au lieu de prendre un verre dans un bar nous étions directement dans sa chambre. Je me suis laissée séduire et comme une petite idiote je me suis retrouvée en train de faire l’amour avec lui. Je vous passe les détails de cette relation qui était encore une fois des plus classiques. Sauf que voilà, mon bel homme quinquagénaire a révélé son côté dominateur et m’a mise à plat ventre avec autorité sur le lit. Il a saisi mes mains et m’a demandé d’écarter les fesses. Je devais rester dans cette position, il a plongé la tête la première vers mon petit trou et me l’a léché profondément. Je l’ai sentie qui s’ouvrait sous les caresses de mon amant tandis qu’il faisait pointer sa langue à l’intérieur de mon anus. Il laissait couler un petit peu de salive à l’intérieur j’ai tout de suite compris qu’il allait essayer de me sodomiser. J’étais vierge de l’anus et c’était la première fois. Je me suis empressée de lui dire ce à quoi il a répondu qu’il l’avait senti à sa langue experte. Il a présenté son gland directement sur mon petit trou et s’est mis à cheval entre mes fesses. Je les maintenais bien ouvertes et je sentais chaque centimètre de sa queue qui s’enfonçait dans mes entrailles. Il est arrivé tout au bout de la longueur de sa bite ce qui n’était pas une mince affaire. Je sentais ses couilles contre ma vulve ce qui était très excitant. Il est resté un moment allongé sur moi sans bouger. Une fois que la douleur était passée je me suis totalement détendue. J’ai même apprécié le fait d’être remplie par l’anus. Il m’a murmuré des mots doux dans l’oreille tandis qu’il commençait lentement son va-et-vient. J’étais en train de me faire sodomiser pour la première fois et je réalisais que j’avais un homme qui n’était pas mon mari qui avait sa bite au fond de mon petit trou. Au fur et à mesure qu’il me pénétrait, il me faisait me cambrer jusqu’à glisser un coussin sous mon ventre. J’étais totalement offerte et j’ai senti les contractions de sa bite. Il venait de jouir et s’était répandu de toute sa semence dans mes entrailles. À ce moment-là, je n’ai pas vu venir mon propre orgasme qui était mon premier orgasme anal. Je suis restée confuse et troublée.

Nous venions de jouir ensemble dans mon anus. Il s’est retiré poliment et m’a invité à prendre une douche. Je suis vite partie retrouver mon mari. Tandis que je traversais la rue pour rentrer chez moi, il me regardait à travers la fenêtre il devait s’imaginer que son sperme était en train de couler dans mon conduit anal. Ma première sodomie fut orgasmique est extraordinaire.

Béatrice 36 ans

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *